Sur les traces de Alexis Lepage!

February 16, 2015

Vers la Coupe continentale de l’Océanie

 

Je quitte Ottawa en début d’après-midi le 31 décembre 2014 en direction de Sydney. Après deux escales, à Toronto et à Los Angeles (j’ai « fêté » le Nouvel An en sol américain), j’atterris en territoire australien le 2 janvier. Je passe les deux premiers jours à Wollongong, à une heure de Sydney, où je dois m’adapter au léger décalage horaire de 16 h. Le 4 janvier, les membres de mon nouveau groupe d’entraînement et moi roulons sept heures en voiture pour nous rendre à Falls Creek, une station de ski des chaînes des Alpes australiennes (1600 m).

 

Les premières journées se déroulent bien. Il y a peu d’entraînements afin de faciliter notre adaptation au changement d’altitude et, pour certains, aux fuseaux horaires.

 

Après trois jours, l’acclimatation atteint son point de maturité et il est temps de passer aux choses sérieuses! Je profite désormais de trois ou quatre entraînements par jour, ce qui inclut normalement un petit jogging matinal variant entre 25 et 30 minutes, 90 minutes de natation en piscine ou entre 90 et 180 minutes de vélo, une deuxième course à pied allant de 45 à 75 minutes, ponctuée généralement par des intervalles d’une certaine intensité et, enfin, une séance de musculation. Bien remplies, ces journées ont pour but de nous préparer pour nos premières compétitions. C’est finalement le 24 janvier que je quitte Falls Creek afin de me rendre à Wollongong. Je m’installe dans cette ville côtière, située à 80 km au sud de Sydney et comptant environ 300 000 habitants, pour les trois prochains mois.

 

Le 26 janvier est une journée spéciale pour tous les Australiens, il s’agit de l’Australian Day. Un mélange de la fête du Canada et du Québec, mais avec probablement plus d’alcool. Du moins, pour les Australiens! Pour nous, il était temps de faire un aquathlon, notre première compétition pour le plaisir de l’année. Malgré un résultat un peu décevant, je suis tout de même content d’avoir couru six des sept kilomètres avec les meneurs, dont deux d’entre eux se classent dans les dix meilleurs triathlètes au monde! Les jours se suivent et les intensités s’accroissent. Je me sens enfin prêt pour mon premier triathlon. 

 

Avant de partir pour la Nouvelle-Zélande, je participe à une course d’entraînement. Il s’agit d’une épreuve de cross-country de 5,2 km. De quoi tester ma forme! Je suis très heureux de ma performance : j’ai fait le 5 km en 15 min 10 s et terminé la compétition en 15 min 41 s. 

 

Deux jours plus tard, le 12 février, je quitte Sydney pour me rendre à Auckland. Mon premier triathlon de la saison 2015, sanctionné par l’International Triathlon Union, se déroule à Takapuna, à une vingtaine de minutes du centre-ville de la capitale de la Nouvelle-Zélande. Le lendemain est déjà le jour J. Bien préparé et confiant, je prends part à mon premier départ de la journée. Se déroulant à 18 h, cette course de qualification est un supersprint. Les 30 premiers passent à la finale qui se déroule à 20 h. Les distances de ce triathlon se révèlent plutôt simples et courtes : 300 m de natation, 10 km de vélo et de 2,5 km de course à pied. Ayant terminé 4e de ma vague, je suis assuré d’une place à la finale. 

 

À 20 h, le départ est donné. Mon départ et l’ensemble de la partie natation se déroule très bien et je fais partie du premier peloton.  D’un groupe de huit au début du vélo, nous sommes six à la toute fin. Je tente de rester en avant afin d’éviter de faire l’élastique et les possibles chutes. Totalisant les 10 km avec une puissance moyenne de 330 watts, mes jambes sont plutôt dans le pétrin. Les deux premiers kilomètres ne sont pas super… Je me fais dépasser et je suis environ 12e avec encore environ 500 m à parcourir. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot! S’il m’a fallu 2 km pour retrouver mes jambes, je suis passé, pour les derniers 500 m, de la 12e à la 5e position! Je suis donc, très satisfait de me classer dans le top 5, ce qui me permet d’obtenir une bourse de 500 $. Une somme consacrée, en grande partie, à payer l’amende (400$) reçue pour avoir oublié de déclarer une carotte à la douane néozélandaise!

 

Je suis plus que satisfait de mes expériences au plan de l’entraînement ainsi que de mon premier triathlon de la saison. Mais, il me reste à apprendre de mes erreurs pour l’histoire de la carotte. ;)

 

Bon début de saison à chacune et à chacun d’entre vous!

 

 

Please reload

Nouvelles

Le Rouge et Or au Challenge Antoine Manseau

June 2, 2015

1/2
Please reload

Nouvelles récentes

January 16, 2017

November 27, 2016

August 5, 2016